Anne-Madeleine Goulet

Fonction: Directeur de recherche CNRS

Email: anne-madeleine.goulet@univ-tours.fr

Discipline: Arts du Spectacle

Statut: Chercheur Statutaire

Responsabilités: 

  • 2024- : référente Appels à Projets européens au CESR-UMR 7323
  • janvier 2024-: co-responsable, avec Juan Carlos GARROT et Barbara NESTOLA, de l’Axe de recherche du CESR «Scène européenne. Arts de la performance, performance des arts».
  • 2021-2023: Organisation, en coll. avec Rémy CAMPOS (CNSMDP-HEM de Genève), du séminaire intitulé «Une histoire matérielle de la musique et des arts du spectacle. D’une économie domestique à une économie politique (XVIe-XXe siècle)», EHESS (Bibliothèque La Grange-Fleuret, Fondation Royaumont), treize séances.
  • 2016-2022: Principal Investigator du programme de recherche PerformArt (Consolidator Grant de l’European Research Council) qui regroupe 24 chercheurs, 4 archivistes, 1 informaticien et 2 personnels administratifs (https://performart-roma.eu)
  • 2021-2022: Organisation, en coll. avec Rémy CAMPOS (CNSMDP-HEM de Genève), du séminaire intitulé «Une histoire matérielle de la musique et des arts du spectacle. D’une économie domestique à une économie politique (XVIe-XXe siècle)», EHESS (Bibliothèque La Grange-Fleuret, Fondation Royaumont), huit séances.
  • 2-3 juillet 2021: Organisation, en coll. avec Rémy CAMPOS (CNSMDP-HEM de Genève), de deux journées de réflexion préparatoire au séminaire «Une histoire matérielle de la musique et des arts du spectacle. D’une économie domestique à une économie politique (XVIe-XXe siècle)» prévu en 2021-2022, Fondation Royaumont (Asnières-sur-Oise).
  • 14 mars 2021: Organisation, en coll. avec Guilaume HANOTIN (Université Bordeaux Montaigne), de la journée d’étude intitulée «La Princesse des Ursins: apprentissage et exercice du pouvoir dans l’Europe de Saint-Simon», Centre de recherche du château de Versailles - Société Saint-Simon.
  • 26 janvier 2021: Organisation, en coll. avec Emmanuel RESCHE-CASERTA et Stéphane RESCHE, de la journée d’étude intitulée «Les fêtes romaines de 1686-1687 en l’honneur de Louis XIV: faste musique et pouvoir». Journée d’étude pour une proposition de reconstitution musicale», Fondation Royaumont (Asnières-sur-Oise).
  • 2020: Organisation avec Marion BOUDON-MACHUEL, Cécile BOULAIRE, Laurent GERBIER, Stéphan GEONGET et Audrey JEANROY du séminaire «L’écriture scientifique en arts, lettres et sciences humaines: enjeux théoriques et cas pratiques», Université de Tours (CESR, UMR 7323 - InTRu EA 6301), six séances.
  • 26-28 février 2020: Contribution à l’organisation du colloque La  Diplomazia delle lettere nella Roma dei papi dalla seconda metà del Seicento alla fine dell’Antico Regime, dirigé par Silvia TATTI à l’Università La Sapienza de Rome.
  • 14-16 octobre 2019 : Organisation, en coll. avec Michela BERTI, du colloque international final du programme PerformArt, intitulé Spectacles and aristocratic magnificence in Rome (1644-1740), au Palais Fronteira et à l’Universidade Nova de Lisbonne.
  • 2017-2019: Supervision, avec Michela BERTI, de huit séminaires de recherche dans le cadre du projet ERC PerformArt: (1) « Roma barocca: spazio storico e paesaggio sonoro », organisé par Huub VAN DER LINDEN, École française de Rome; (2) « La valeur de l’art. La contribution de l’histoire économique à l’histoire des arts du spectacle », organisé par Élodie ORIOL Centre d’études supérieures de la Renaissance de Tours; (3) « Committenza cardina­lizia nella Roma barocca: un potere culturale?  », organisé par Émilie CORSWAREM et Cristina FERNANDES, École française de Rome; (4) « Il librettista gentiluomo : l’arte di scrivere versi per musica nella formazione  dell’identità nobiliare », organisé par Alexandra NIGITO, École française de  Rome; (5) « Espressioni del pubblico e privato nelle arti performative della Roma barocca », organisé par Aldo ROMA, École française de Rome; (6) « Magnificenza e arti performative », organisé par Anne-Madeleine GOULET et  Michela BERTI, École française de Rome; (7) « Le famiglie romane e l’Arcadia : committenza, modalità produttive, divergenze », en coll. avec Teresa CHIRICO et Barbarba NESTOLA, École française de Rome; (8) « Aristocrazia, teatri e sistemi di produzione a Roma (1644-1740), en coll. avec Valeria DE LUCCA, École française de Rome.
  • 2016-2019: Organisation de 10 Workshop Base de données dans le cadre du projet ERC Performart, en coll. avec Michela BERTI, École française de Rome et CESR
  • 26-28 janvier 2017: Organisation du colloque international « Les Amants magnifiques: réinventer un divertissement royal », en coll. avec Laura NAUDEIX, à l’université de Rennes 2 et à l’Opéra de Rennes5 décembre
  • 5 décembre 2016: Organisation de la journée de lancement du projet ERC Performart, en coll. avec Michela BERTI, École française de Rome
  • 2015 : Responsabilité au CMBV du chantier « Édition moderne des Livres d’airs de différents auteurs publiés chez Ballard (1658-1694) » et mise en ligne des huit premiers recueils (http://philidor.cmbv.fr/Publications/Partitions-en-ligne/Edition-moderne-des-Livres-d-airs-de-differents-auteurs-LADDA)
  • 2015 : Co-organisation avec Rémy CAMPOS du colloque « Les foyers artistiques à la fin du règne de Louis XIV. Théâtre, musique et danse » 5-7 novembre 2015 (en collaboration avec le Centre de Recherche du Château de Versailles)
  • 2014-2015 : Organisation d’un séminaire Jeunes Chercheurs au CMBV, en collaboration avec Rémy CAMPOS et Laura NAUDEIX http://www.cmbv.fr/Recherche/Activites-scientifiques/Colloques-seminaire...
  • 2015 : Responsabilité au CMBV du chantier « Théâtre, musique et danse dans les milieux aristocratiques à Paris et à Rome au XVIIe siècle. Transferts culturels, histoire du goût et de la sociabilité ».
  • 28 novembre 2014: Co-organisation du Workshop «Teatro, musica e ballo negli archivi familiari romani (1650-1750)», en collaboration avec Arnaldo MORELLI, École française de Rome
  • 20 avril 2012: Co-organisation d’une session du séminaire des membres de l’École française de Rome: «Improvisations musicales et expérience de la norme», en collaboration avec Johann PETITJEAN, École française de Rome
  • 19-21 janvier 2012 : Co-organisation du colloque « Musicisti europei a Venezia, Roma e Napoli (1650-1750) : Musica, identità delle nazioni e scambi culturali », en collaboration avec Gesa ZUR NIEDEN, École française de Rome - Institut historique allemand de Rome
  • 2010-2011 : Animation de 14 séances de séminaire à Rome (École française de Rome - Institut historique allemand de Rome) autour des questions de méthodologie liées à l’étude des musiciens étrangers qui vinrent à Venise, à Rome et à Naples entre 1650 et 1750 (http ://www.musici.eu/index.php ?id=11)
  • 12 novembre 2011 : Co-organisation du Workshop « Kultureller Austausch und histoire croisée als Konzepte der europäischen Musikgeschichte der frühen Neuzeit am Beispiel europäischer Musiker in Venedig, Rom und Neapel (1650-1750) », en collaboration avec G. zur NIEDEN, Johannes Gutenberg-Universität Mainz
  • 5 novembre 2010 : Co-organisation de la journée d’étude « Musicisti Europei a Roma nel Sei e Settecento : Approcci di storia musicale e culturale », en collaboration avec Gesa ZUR NIEDEN, École française de Rome
  • 3 juin 2010 : Co-organisation de la journée d’étude « La musica a Roma nel Seicento. Studi e prospettive di ricerca », en collaboration avec Caroline GIRON-PANEL, École française de Rome
  • 2010-2012 : Co-direction du projet ANR-DFG MUSICI, en collaboration avec l’Institut historique de Rome (http://www.musici.eu/)
  • 30 mars 2009 : Co-organisation d’une session du séminaire des membres de l’École française de Rome: « La performance des bourreaux. Penser le conflit dans les tragédies sanglantes du premier XVIIe siècle français », en collaboration avec Sylvain PARENT, École française de Rome
  • 13 mars 2009 : Co-organisation d’une session du séminaire des membres de l’École française de Rome: « Autour du procès de Théophile de Viau : conflits historiques et conflits de disciplines », en collaboration avec Sylvain PARENT, École française de Rome
  • 2007-2009 : Organisation du séminaire « La fabrique des paroles de musique en France à l’âge classique », en collaboration avec Laura NAUDEIX

CV court: 

Anne-Madeleine Goulet est entrée au CNRS en 2004. Agrégée de lettres modernes et ancienne élève de l’École Normale Supérieure de Fontenay-Saint-Cloud, elle a consacré son doctorat en Arts du spectacle, préparé sous la direction conjointe de Christian Biet (Paris X) et de Jean Duron (CMBV), à l’étude de la poésie galante mise en musique. Ces travaux ont donné lieu à la publication de deux ouvrages:

– Poésie, musique et sociabilité au XVIIe siècle (https://www.honorechampion.com/fr/champion/6331-book-08531057-9782745310576.html)

– Paroles de musique (1658-1694). Catalogue des «Livres d’airs de différents auteurs» publiés chez Ballard (https://www.editionsmardaga.com/products/paroles-de-musique?variant=40044920078504).

Ils ont en outre ouvert la voie à l’édition moderne en ligne de 1220 airs sérieux (éd. de J. Duron, A.-M. Goulet, F. Michel, C. Monnier et M. Vittu): https://omeka.cmbv.fr/s/ladda/

De 2008 à 2012 elle a été mise à disposition de l’École française de Rome afin de mener à bien un projet sur les foyers de culture française à Rome au XVIIe siècle, du point de vue de la littérature et de la musique.

De 2010 à 2012 elle y a co-dirigé le projet ANR-DFG MUSICI, en collaboration avec l’Institut historique allemand de Rome, qui était consacré à l’étude des musiciens étrangers à Venise, à Rome et à Naples entre 1650 et 1750. Les résultats ont été réunis dans deux ouvrages, également accessibles en ligne:

– C. Giron-Panel et A.-M. Goulet, La Musique à Rome au XVIIe siècle. Études et perspectives de recherche: https://www.torrossa.com/fr/resources/an/2524514

– A.-M. Goulet et Gesa Zur Nieden (éd.), Europäische Musiker in Venedig, Rom und Neapel (1650-1750): https://perspectivia.net/receive/pnet_mods_00003572

De 2016 à 2022 elle a dirigé le projet PERFORMART (Consolidator Grant de l’ERC, 2016-2022), qui a été l’un des sept programmes de recherche structurants du CESR pendant cette période et qui a eu pour objectif d’écrire une histoire des arts du spectacle à Rome entre 1644 et 1740 à partir des archives des grandes familles aristocratiques. Son équipe a réuni 24 chercheurs, 4 archivistes, 1 informaticien et 2 personnels administratifs. Le programme a notamment donné lieu:

– à la publication de deux ouvrages, l’un à l’EFR autour du concept de «performance» (https://books.openedition.org/efr/16344?lang=fr) et un second, dédié à la notion de «magnificence» en cours de publication chez Brepols;

– à la mise en ligne d’une base de données, qui s’accompagne d’un thésaurus (https://performart.huma-num.fr);

– à l’enregistrement d’un CD de cantates pour voix de basse de Bernardo Pasquini (https://www.brilliantclassics.com/articles/p/pasquini-lombra-di-solimano-cantatas-for-bass-and-continuo/) et d’un CD de madrigaux d’Ercole Bernabei (https://www.unik-access.com/fr/label-enphases/label-de-musique-catalogue-enphases/ercole-bernabei-concerto-madrigalesco-faenza-marco-horvat).

En novembre 2017 elle a soutenu à l’université de Nanterre Paris X une habilitation à diriger des recherches intitulée «Magnificence et enjeux de pouvoir au XVIIe siècle. Productions artistiques, pratiques et usages du spectacle dans la haute société parisienne et romaine».

Elle rédige actuellement un ouvrage intitulé La Princesse des Ursins à Rome ou l’apprentissage du pouvoir (1675-1700), à paraître chez Fayard.

Parallèlement à ces travaux, elle mène depuis plus de vingt ans un travail de recherche-création à travers l’écriture et la mise en scène de spectacles en musique ainsi que l’établissement de programmes de concerts et d’enregistrements. Elle collabore régulièrement en tant que conseillère artistique avec des festivals et des ensembles de musique.

Thèmes de Recherche: 

Le domaine de recherche d’A.-M. Goulet porte sur les productions culturelles en matière de musique, de théâtre et de danse que les formes de la sociabilité aristocratique (ruelles, salons, cours aristocratiques) ont générées entre 1650 et 1750. Ses recherches ont d’abord porté sur Paris et Versailles, puis sur Rome. Productions textuelles, musicales et chorégraphiques sont abordées en tant que pratiques sociales. Le cadre interprétatif envisage, de manière à ne pas séparer les artistes et la société dans laquelle ils évoluent, les rapports de force dans lesquels est pris l’individu, en considérant les usages qui cimentent les rapports sociaux (normes collectives), les systèmes de représentation, les interactions entre personnes. Aussi est-ce la notion de « sociabilité », introduite dans le vocabulaire historique par Maurice Agulhon au milieu des années 1960, qui sert de clef de voûte à l’ensemble des travaux d’A.-M. Goulet : envisagée non pas dans sa dimension morale et politique (aptitude à entretenir des relations sociales) mais comme outil historiographique qui permet d’examiner « des relations sociales fondées sur la participation volontaire » (Antoine Lilti), cette notion est précieuse pour étudier les pratiques de convivialité des élites urbaines de l’époque, surtout lorsqu’elles étaient faiblement institutionnalisées, et pour comprendre les enjeux sociaux, culturels et politiques qui leur étaient attachés. Elle offre aussi l’avantage de sortir de la dichotomie public / privé, peu opérante pour les sociétés d’Ancien Régime, où le privé ne cessait d’être publicisé et où ce que nous entendons aujourd’hui par public et privé était en constante interaction.

D’autres concepts sont progressivement venus enrichir la réflexion d’A.-M. Goulet, tels ceux de parenté, d’amitié, de solidarité, étroitement liés à celui de sociabilité, lesquels permettent d’aborder la question des réseaux dans sa complexité, mais également celui de magnificence, qui concerne peu ou prou l’ensemble des sociétés de cour d’Ancien Régime. Ces concepts permettent aussi de prendre en compte les conditions matérielles et économiques dans lesquelles l’art fut créé et mis en œuvre, et de considérer les commandes artistiques sous l’angle d’une éthique de la dépense.

Si ses premiers travaux se situaient à l’intérieur du périmètre traditionnel de l’histoire des arts du spectacle, telle qu’elle a été initiée en France dans les années 1960 par Jacques Scherer à l’Université et Jean Jacquot au CNRS, il lui a rapidement fallu sortir de ce cadre afin de recourir aux outils de l’histoire de la musique, puis à ceux de l’histoire sociale, de l’archivistique et des humanités numériques. C’est en travaillant longuement avec des historiens du théâtre, des praticiens du spectacle, puis avec des musicologues, et, plus récemment, des historiens, dans un contexte très stimulant d’apprentissage réciproque de savoirs, qu’A.-M. Goulet a en effet progressivement dégagé la méthode qu’elle entendait suivre et élaboré les outils dont elle avait besoin.

Le champ de recherche dans lequel elle a inscrit ses travaux récents s’articule autour de trois grands centres d’intérêt:

  •  l’étude des relations entre musique et sociabilité, laquelle s’accompagne d’une investigation sur les pratiques d’interprétation,
  •  une recherche sur la circulation des musiciens en Europe,
  • (une enquête comparée sur la place et le rôle des arts du spectacle à Rome et à Versailles.

Cursus studiorum: 

  • 1994-1998 : élève à l’ENS de Fontenay-Saint-Cloud
  • 1997 : agrégation de Lettres Modernes
  • 1998 : mémoire de DEA en Arts du spectacle (dir. Christian BIET, université de Paris X-Nanterre), intitulé « Poésie et Air de cour à travers l’œuvre d’Isaac de Benserade (1612-1691) »
  • 2002 : doctorat en Arts du spectacle (dir. Christian BIET, université de Nanterre Paris X et Jean DURON, CMBV), intitulé «Les Livres d’airs de différents auteurs publiés chez Ballard de 1658 à 1694»
  • 2017: habilitation à diriger des recherches (référent: Christian BIET, université de Nanterre Paris X), intitulée « Magnificence et enjeux de pouvoir au XVIIe siècle. Productions artistiques, pratiques et usages du spectacle dans la haute société parisienne et romaine », avec un mémoire inédit : «Les coulisses de la magnificence princière. La princesse des Ursins et sa sœur, duchesses romaines (1675-1686)»

Pilotage de projets: 

  • 2008-2012: co-direction du projet ANR-DFG MUSICI (École française de Rome - Institut historique allemand de Rome, http://www.musici.eu/)
  • 2016-2022: direction du projet ERC PERFORMART (CNRS - École Française de Rome, http://performart-roma.eu/)

Direction de travaux: 

  • Co-directrice depuis février 2021, avec Jan BLANC (université de Genève), du doctorat de Pauline RANDONNEIX, «La représentation du musicien populaire dans la peinture et l’estampe de la première moitié du XVIIe siècle», Université de Genève, co-tutelle avec l’université de Tours.
  • Co-directrice depuis novembre 2020, avec Étienne ANHEIM (EHESS), du doctorat de Chiara GIRLANDO: «Musique de chambre, musique de scène: voix et espace dans les palais nobiliaires à Florence, Mantoue et Venise (1550-1630)», Paris, EHESS.
  • Directrice, de novembre 2018 à juin 2022, en collaboration avec Alessandro PONTREMOLI (université de Turin), du doctorat de Gloria GIORDANO : « Danser dans la Rome aristocratique du XVIIe et du début du XVIIIe siècle. Techniques et styles à partir de la documentation du Séminaire Romain et des archives familiales », École doctorale Humanités et Langues de l’université de Tours. Thèse soutenue à l’université de Tours le 1er juin 2022.
  • Co-directrice depuis octobre 2018, avec Thierry FAVIER (université de Poitiers), du doctorat de Maria RAFFAELE : « Musique et identité dans les territoires nord-américains : Les hautboïstes militaires dans les colonies françaises et britanniques en Amérique du Nord (1670-1815) », UFR Sciences humaines et Arts de l’université de Poitiers.
  • Associée à la direction de la thèse de Clémence MONNIER : «Histoire et analyse d’une collection musicale : les Livres d’airs de différents auteurs publiés chez Ballard (1658-1694)», dirigée par Raphaëlle LEGRAND à l’université de Paris IV Sorbonne et soutenue le 11 décembre 2011.

Bourses et prix: 

  • Avril 2023-: élue «Socia ordinaria» de la Società Romana di Storia Patria
  • 2016-: membre du réseau AcademiaNet - The Portal to Excellent Women Academics
  • 2016-2022: bourse Consolidator Grant de l’ERC pour le projet PerformArt
  • 2003:  bourse à mi-temps du Centre National du Livre afin de préparer l’édition du catalogue « Paroles de musique » (Mardaga, 2007)
  • 2004: bourse de la Fondation Barthélémy pour la publication du livre «Poésie, musique et sociabilité au XVIIe siècle» (Paris, Honoré Champion, 2004)

Responsabilités éditoriales: 

  • Avec Laura NAUDEIX, La Fabrique des paroles de musique à l’âge classique, Sprimont, Mardaga, 2010.
  • Avec Caroline GIRON-PANEL, La Musique à Rome au XVIIe siècle. Études et perspectives de recherche, Rome, École française de Rome, 2012.
  • Avec Gesa ZUR NIEDEN, Europäische Musiker in Venedig, Rom und Neapel (1650-1750), Cassel, Bärenreiter, 2015 ( Analecta musicologica, n° 52).
  • En coll. avec Rémy CAMPOS, Mathieu DA VINHA et Jean DURON, Les Foyers artistiques à la fin du règne de Louis XIV (1682-1715). Musique et spectacles, Turnhout, Brepols, 2019.
  • Avec José María DOMÍNGUEZ et Élodie ORIOL, Spectacles et performances artistiques à Rome (1644-1740). Une analyse historique à partir des archives des familles aristocratiques, Rome, Publications de l’École française de Rome, 2021.
  • Avec Guillaume HANOTIN, La Princesse des Ursins: apprentissage et exercice du pouvoir dans l’Europe de Saint-Simon = dossier dans Cahier Saint-Simon 49 (2021), p. 1-101.
  • Avec Michela BERTI, Noble Magnificence : Cultures of the Performing Arts in Rome,  1644-1740, ouvrage réunissant 29 articles, deux index, un glossaire, un appendice  contenant 50 fiches de description de spectacles, à remettre à Brepols (coll. « Épitome  musical ») au printemps 2022.
  • Avec Rémy CAMPOS, Guillaume COT et Suzanne ROCHEFORT, Spectacles, musique et économie : une histoire des rationalités pratiques (XVIIe-XXe siècles), numéro spécial de la revue Biens symboliques / Symbolic Goods, en préparation.
  • Lecture, sélection et préparation des manuscrits pour la série « Musique et littérature » aux Classiques Garnier, dont elle est la directrice (collection « Lire le XVIIe siècle», dirigée par Delphine DENIS et Christian BIET) ; 6 ouvrages parus, 1 en préparation.

Comite de lecture: 

  • 2009-2016 : membre du jury du Prix XVIIe siècle décerné par la Société d’étude du XVIIe siècle
  • 2016-2019 : membre du Comité de lecture de la Revue de musicologie

Expertises et jurys: 

  • Membre du jury de la thèse de Gloria GIORDANO : Danser dans la Rome aristocratique du XVIIe et du début du XVIIIe siècle. Techniques et styles à partir de la documentation du Séminaire Romain et des archives familiales, (dir. Anne-Madeleine GOULET et Alessandro PONTREMOLI), École doctorale Humanités et Langues de l’université de Tours, 1er juin 2022
  • Membre du jury de thèse de Maëlig CHAUVIN, L’arte di regalare: Les cadeaux diplomatiques offerts aux puissances européennes par la Papauté de Paul V Borghese (1605) à Clément XI Albani (1721) (dir. Étienne JOLLET et Giovanna SAPORI), Université de Paris I-Sorbonne, en co-tutelle avec l’Université de Roma Tre, 21 novembre 2020
  • Membre du jury de thèse de Robin BOURCERIE, De la chanson à l’air à boire:  histoire d’une pratique musicale singulière au XVIIe siècle (dir. Denis HERLIN), Université Jean Monnet-Saint-Étienne, 3 octobre 2020.
  • Membre du jury de thèse de Caroline MOUNIER-VEHIER, La scène lyrique baroque au XXIe siècle. Pratiques d’atelier et (re)création contemporaine (dir. Julia GROS DE GASQUET et Thierry FAVIER), Université de Poitiers, 28 mars 2020
  • Membre du jury de thèse de Jean-Philippe GOUJON, Hétérogénéité et discontinuité dans les ballets d’André Campra composés pour l'Académie royale de musique (1697-1740) (dir. Thierry FAVIER), Université de Poitiers, 3 décembre 2019
  •  Membre du jury de thèse de Mathilde VITTU, Les airs sérieux de Sébastien et Charles Le Camus (dir. Raphaëlle LEGRAND), Université de Paris IV-Sorbonne, 15 février 2018
  • Présidente du jury de thèse de Lluís BERTRAN, Musique en lieu. Topographie et expérience musicale à Barcelone et sur son territoire (1760-1808) (thèse en co-tutelle de l’université de La Rioja en Espagne, dir. Miguel Ángel MARÍN, et de l’université de Poitiers, dir. Thierry FAVIER), Université de Poitiers, 19 décembre 2017
  •  Membre du jury de la soutenance de thèse de Jorge MORALES, «Sigismondo d'India à la cour de Turin. Musique, mécénat et identité nobiliaire» (dir. Raphaëlle LEGRAND), Paris IV Sorbonne - Université de Palerme, 06 novembre 2014
  • Membre du jury de la soutenance de thèse de Clémence MONNIER: « Histoire et analyse d’une collection musicale : les Livres d’airs de différents auteurs publiés chez Ballard (1658-1694) » (dir. Raphaëlle LEGRAND), Paris IV Sorbonne, 10 décembre 2011
  •  Membre du comité scientifique du colloque, “Rome and Lisbon in the 18th Century : Music, Visual Arts, and Cultural Transfers / Roma e Lisboa no século XVIII : música, artes visuais e transferências culturais”, organisé par Pilar Diez del Corral et Cristina Fernandes à la Biblioteca Nacional de Portugal, Lisbonne, 28-29 mars 2019.
  •  Membre du comité scientifique de la journée dʼétude « Le langage des présents. Choix, circulation et signification des présents d’apparat à l’époque moderne (xvie-xviii siècle) », organisée par Maëlig Chauvin et Johannes Schwabe à lʼUniversité Paris I Panthéon Sorbonne, 25 octobre 2019
  • 2012-2016: membre du comité scientifique du projet Starting Grant de l’ERC « Manifestations of  Solitude : Withdrawal and Engagement in the Long Seventeenth-Century » (P.I. : Mette BIRKEDAL BRUNN), Danemark
  • Rédaction du rapport préliminaire sur la thèse de doctorat européen présentée par Mme Giulia Anna Romana VENEZIANO à l’université de Saragosse et intitulée « La cantata da camera a Napoli in età vicereale : la produzione di Leonardo Vinci (1690-1730) », juillet 2016
  • Membre du jury de la soutenance de Master 2 de Robin BOURCERIE «Jacques Dubuisson, les airs sérieux et à boire. Étude historique et analytique» (Paris IV Sorbonne), 11 mai 2015      
  • Membre du jury de Master II de Clémence MONNIER : « Les airs de Sébastien Le Camus: une étude rhétorique » (avec Raphaëlle LEGRAND [Université de Paris IV-Sorbonne] et Jérôme de LA GORCE [CNRS]), juin 2006

Conseils scientifiques: 

  • 2017- : membre du Conseil d’administration de la Société de Littératures classiques
  • 2019-: Membre du Conseil scientifique du Centre de recherche du château de Versailles
  • 2022 : Chercheuse référente pour l’École française de Rome (https://www.efrome.it/chercheurs-referents)
  • 2022-: Membre du «Collegio docenti del Dottorato in Lettere» de l’Université de Turin
  • 2022-: Membre du Comité de réflexion mis en place par Éric Vigner pour la création d’un Centre de Recherche et de Création théâtrale à Pau
  • 2023-: Membre du Comité scientifique de la revue Annali Queriniani - nuova serie (Brescia)
  • 2023-: Membre du Comité scientifique de la collection Courts and Courtiers in a Global Context, dirigée par Jonathan et Fabian chez Brepols.

Publications: